Communiqué – Accès restreint aux palais de justice, cours municipales et autres établissements

La ministre de la Justice et procureure générale du Québec, M Sonia LeBel, a annoncé l’entrée en vigueur dès aujourd’hui de nouvelles mesures de sécurité pour tous les palais de justice du Québec ainsi que tous les lieux mis à la disposition des tribunaux judiciaires et administratifs (dont les cours municipales), et ce, en conformité avec les politiques annoncées par le gouvernement du Québec pour contrer la propagation de la COVID-19 et protéger le grand public ainsi que les personnes travaillant dans ces édifices.

Désormais, toutes les audiences devant être tenues devant un tribunal judiciaire, un tribunal administratif ou un autre organisme de l’administration publique le seront à huis clos, c’est-à-dire sans la présence de public dans les salles.

Aussi, seules les personnes dont la présence est nécessaire au déroulement d’une instance pourront accéder aux palais de justice et aux lieux mis à la disposition des tribunaux judiciaires et administratifs, c’est-à-dire les prévenus, les parties à une procédure civile ou administrative, les
témoins et toutes autres personnes dont la présence aura été jugée nécessaire par le décideur chargé d’entendre l’affaire. Pourront également y être admises les personnes pour qui il est nécessaire d’accéder à un service offert en ces lieux, par exemple pour le dépôt d’une procédure urgente.

Par ailleurs, les personnes travaillant dans ces établissements continueront d’y avoir accès, tout comme les avocats, les journalistes et les professionnels œuvrant dans le domaine de la justice.

Sont visés par ces nouvelles mesures la Cour d’appel du Québec, la Cour supérieure du Québec, la Cour du Québec, toutes les cours municipales de la province ainsi que l’ensemble des tribunaux administratifs et des organismes de l’administration publique qui tiennent des audiences dans le cadre de leur mission.

De plus, en vue de préserver les droits de tous les citoyens, la ministre de la Justice et la juge en chef du Québec ont décidé de suspendre certains délais de prescription et de procédure civile, comme la loi le permet. Ainsi, les délais légaux pour entreprendre une poursuite civile ou pour déposer une procédure civile seront suspendus pendant la durée de l’état d’urgence sanitaire, à l’exception des affaires jugées urgentes par les tribunaux.